Effectifs
Rakem : Ouvert
Neshem : Prioritaire
Erain : Prioritaire
Washen : Prioritaire
Bâtisse : Fermé

Météo
Saison : Printemps
Rakem : Beau temps, quelques averses
Neshem : Températures douces, ciel bleu
Erain : Chaleur intense, orages
Whasen : Ciel couvert, léger vent
Bâtisse : Soleil, fonte des neiges

Top-Sites
- -
- -

Vote toutes les deux heures et tu auras des cookies !
Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy


Nous vivons dans un monde de 4 royaumes. Cependant, une vieille loi le regit... que deviennent les quatrièmes enfants de chaque famille ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Anarchy E. Edelweiss
Clergé
Clergé
avatar

Puf : Lady - Sora
Âge du perso : 29 ans
Messages : 20
Date d'inscription : 10/10/2015
Avatar : Rick Genest

Feuille de personnage
Argent: 20 pièces
Relations:
Inventaire:

MessageSujet: Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy    Dim 11 Oct - 12:38


Anarchy E. Edelweiss

Bonjour à toutes et à tous ! Je m'appelle Anarchy Eryom Edelweiss, actuellement, j'ai 29 ans. Je suis né(e) le 9 octobre à Île lointaine sans nomAh j'oubliais, je suis un(e) ornithorynque, je suis hétérosexuel et je suis actuellement Riche. Au sein de la société, j'exerce le métier d' Abbé, mon rang est donc celui de Prêtre. Actuellement je vis à Rakem
Comme le monde dans lequel nous vivons n'est pas forcément de tout repos, j'ai toujours une arme sur moi, ma favorite est le poison et la hache. Je possède également Une très très grande Église, pas mal d'argent, des sous-fifres et des fidèles aussi bêtes que leurs pieds.
Je vous salue donc bien bas et espère que cette petite présentation de ma personne vous suffit !
As-tu un puf ? ici

Comment es-tu venu ici ? Le staff + Partenariat avec Au Bout du Chemin + Le folle idée de m'inscrire sur un énième forum e.e

As-tu déjà rp ? Noooon, jamais de ma vie. M'voyez, je suis une débutante moi ...

Codes du règlement :


À l'extérieur et à l'intérieur

Particulier. Anarchy est particulier. De part son apparence, il ne peut que sortir du lot. Pour commencer, sa taille est loin d'être commune. Après tout, c'est un ancien barbare, et ses parents étaient dotés d'une taille vertigineuse. Cela aurait été étrange s'il était né petit, non ? Son père l'aurait sans doute noyé à la naissance, où l'aurait abandonné aux loups dans les bois. Quoi qu'il en soit, Anarchy était né grand et avait gagné en agilité au fil des années. Par malheur, il n'avait jamais prit un seul muscle, au grand désespoir de son chef de père. Pour autant qu'il s'en souvienne, le jeune homme n'avait jamais été un exemple de beauté. Son visage est mince, émacié, et les joues creuses. Des cernes soulignent ses yeux, yeux qui sont d'une profonde noirceur et dont le vice en ressort avec évidence. Ce très cher prêtre ayant commis tous les pêchers possibles et inimaginables.

Ce qui frappe le plus dans son physique, ce n'est pas sa maigreur ou l'absence de cheveux sur son crane blafard. Non. Ce que les gens retiennent de lui, ce sont les tatouages tribales qu'il arbore sur sa peau. Ces marques lui recouvrent entièrement le corps, ne laissant pas une seule parcelle de peau libre. C'est ce qui lui donne un air effrayent, presque repoussant. Sa tête à l'aspect d'un crane et le reste représente une infinité de choses. En tant que prêtre, il ne fait pas crédible, et pire encore, il garde toujours sur lui ce terrible sourire moqueur et arrogant qu'il aime sortir à tout le monde. Comme tout membre du Clergé, Anarchy porte une soutane noire, mais porte toujours ses cuissardes de cuir bouilli en dessous, par question de pure fierté. On ne se balade pas à poil sous une robe. Point. Car en plus d'avoir été converti à une religion qui n'était pas la sienne, le pauvre homme avait du être obligé de porter une robe. De quoi mettre à mal toute sa fierté.
Aux premiers abords, on pourrait penser qu'Anarchy est quelqu'un de très grincheux. C'est le maquillage qui fait cet effet-là. En réalité, on pourrait presque le décrire comme étant complètement irresponsable et moqueur. C'est un gamin dans l'âme, qui n'a pas vraiment grandi dans sa tête depuis sa crise d'adolescence, qui se permet d'être grossier et menteur avec tout le monde, et qui ne se comporte pas comme tout bon prêtre qui se respecte. Rappelons-le nous, il est Abbé. Parce qu'en plus d'être un très bon menteur, c'est aussi un hypocrite et un manipulateur né. Tout ce qu'il faut pour se faire pleins d'amis. Surtout dans un monde pareil. Son statut d'Abbé ne lui permettant pas d'être au naturel tout les jours, il du faire preuve de patiente et d'écoute tous les jours, bien que sa vie l'ennuie au plus haut point et que son entourage lui donne envie de faire une bonne vielle crise cardiaque.

Anarchy est un homme à femme. Tout simplement. Ce qu'il aime, c'est le contact d'un corps tiède contre sa peau, le souffle brulant d'un soupir caressant son visage. Il a beau être Abbé, cela ne l'empêche pas le moins du monde de séduire la première venue, tant que son visage ne soit pas trop ingrat. En fait, le jeune homme porte en lui tous les pêchers existants, et s'il le pouvait, ne s'en cacherait pas. Après tout, il n'avait pas eu le choix. C'était la religion ... Ou la mort. Il avait préféré jouer les hypocrite.

Il n'avait jamais été quelqu'un de colérique. Sa nature moqueuse et enjouée lui permettait de compenser la haine qu'il gardait en lui. pour l'énerver, il en fallait beaucoup. Après tout, l'on attire à soi ce qui nous ressemble. Et il n'avait jamais voulu d'une grincheuse dans son lit. Curieux, il aime apprendre de nouvelle chose. N'était pas natif de ce pays, il avait dû apprendre la langue et l'écriture avec beaucoup de difficulté. Il n'avait à l'époque que dix neuf ans. Mais en ces dix année d'ennui permanent, il avait su perfectionner l'art de l'escroquerie. En plus de ça, il fait à présent preuve de plus en plus de fainéantise.

Ce que la vie a fait de moi


« - Quand est-ce que tu vas revenir ? »

Anarchy ne répondit pas, trop absorbé par la contemplation des yeux de sa fiancée pour pouvoir formuler une réponse cohérente. Elle lui fit un sourire éclatant, ce qui le fit frissonner d'envie. Aah, il aimait vraiment tout chez elle. Son caractère, son allure féline, son odeur enivrante, le son de sa voix, les courbes de son corps musclé et par dessus tout, la douceur de sa peau. « - Je n'en sais rien. Quand nous aurons conquis notre première ville sur le continent, peut-être. » Elle traça les contours de son visage du bout de ses doigts glacés, et se mit à rire d'une voix claire. « - Pense à me rapporter un esclave ou deux. Oh, et des bijoux ! » Isalis n'était pas une fille coquette. Ce qui la faisait vibrer, c'était la guerre et les bagarres. Mais cette fois, elle ne pouvait se joindre au mouvement. Après tout, elle était enceinte, et il serait tragique de perdre leur enfant lors d'un combat trop violent. Se retournant sous leur couvertures de peau de bêtes, elle sortit du lit conjugal, complètement nue, pour aller se plonger dans le bain brûlant enfin près, préparé avec soin par un esclave. Une prise de guerre qu'Anarchy avait ramené d'un de ses voyages. Ce dernier suivit Isalis du regard, puis le porta sur le serviteur dont les yeux suivaient d'un peu trop près les faits et gestes de la jeune femme qui ne paraissait pas s'en préoccuper plus que ça, la pudeur ne faisant pas parti de sa gamme d'émotions. « - Si je te prends encore à reluquer ma fiancée, je te jure que je te ferais crever les yeux après t'avoir arraché la langue de mes mains. » Et l'autre baissa aussitôt les yeux vers le sol avant de sortir de la pièce le plus rapidement que ses deux pauvres jambes le lui permettaient. Ici, tout le monde savait que le fils du chef tenait toujours ses promesses, et mieux valait ne jamais avoir à le contrarier. Il n'avait beau avoir que dix neuf ans passés, il n'en restait pas moins un redoutable guerrier et un homme terrible.

Décidant qu'il avait passé suffisamment de temps sous les draps de son lit, le jeune homme en sortit sans autre forme de procès, et alla rejoindre la femme qu'il aimait dans le baignoire de bois. La température de l'eau le fit grincer des dents, mais il tint bon, et resta face à la jeune femme qui lui souriait de toutes ses dents. « - Et tu comptes m'épouser quand on aura chacun soixante ans ? Ou peut-être as-tu prévu de m'abandonner à mon sort quand tu te seras lassé de moi ? » Anarchy éclata d'un grand rire, amusé par l'humour mordant d'Isalis. Il lui envoya une gerbe d'eau en plein visage, auquel elle y répondit par un grognement mécontent. « - Allons, fit-il, je ne te savais pas si sensible. Je t'épouserais à mon retour. » Elle lui fit jurer ces paroles, et se lova contre lui tandis qu'ils se laissaient aller dans l'eau qui les réchauffait tous deux.

« - Jure moi encore une chose, Anarchy. Une seule petite chose. » La voix de la jeune femme avait perdu tout forme d'amusement, et dans ses yeux luisait une lueur de détermination farouche. « - Quoi ? » Elle se dressa de toute sa hauteur face à lui, et lui prit son visage entre ses mains avant de l'embrasser avec fougue. « - Jure moi que tu reviendras. » Et il lui répondit par un ricanement moqueur. « - Et pourquoi veux-tu que je ne revienne jamais ? Rien de m'empêchera jamais de te retrouver. »

~~~

« - Aujourd'hui mes frères, nous allons partir à la conquête du continent. J'attends à ce que vous soyez braves, et efficaces ! C'est clair ? »

Des cris de guerres se propagèrent dans les rangées du bataillon improvisé. Des guerriers torses nus, tous décorés de tatouages de guerre, le regard mauvais, et la hache à la main avec un bouclier de chêne dans l'autre. Anarchy était au premier rang, bien décidé à faire la fierté de son père, les muscles saillants, prêt à l'attaque imminente. Le chef leur faisait face, imposant et fier, avec sa barbe tressée et ses longs cheveux noués pour ne pas le gêner durant le combat. Le cou décoré de bijoux en or, et les poignets protégés de bracelet de cuir bouilli, il était celui qui mènerait le combat. Ils avaient accosté le matin même à bord d'un bateau, et avaient campé toute la nuit pour pouvoir attaquer au petit matin quand ils seraient endormis. Le moment était venu. Les tambours de guerre se mirent à résonner dans la plaine et des cris de guerre se firent entendre. On attaquait. Anarchy fut l'un des premier à premier à courir en direction de la ville qui leur faisait face. Ce n'était une approche très discrète mais comment pouvaient-ils savoir qu'ils seraient prit en embuscade par des assassins ? Personne, bien sûr. Les portes avaient très vite cédé et un flot de barbares s'étaient déversé dans les rues tuant les premiers civils déjà dehors pour voir ce qu'il se passait. Anarchy ne se pria pas pour ouvrir le ventre d'un premier, puis pour décapiter un second. Dans un coin, plusieurs de ses camarades violaient des femmes. Tout avait l'air de se passer comme prévu quand des silhouettes toutes habillées de noir sont apparus devant une église. Ils tuèrent un premier homme, puis un deuxième, et un troisième, et ainsi de suite jusqu'à ce que les cris cessent, et qu'il ne reste qu'Anarchy et une poignée d'homme. La tête de son père avait été plantée sur une pique, signalant à ses troupes qu'ils avaient été vaincus. Et Anarchy était là, enchaîné, l'arcade sourcilière ouverte et le visage en sang.

Un des assassin se pencha vers lui, le regarda sous toutes les coutures, puis se tourna en riant vers ses compagnons dans une langue qu'Anarchy ne connaissait pas, mais dont le ton employé ne lui plaisait absolument pas. « - Hé, visez moi cette tête. C'est qu'il ferait presque peur ! » Le jeune homme, peut importe ce qu'il avait été dit sur lui, cracha aux pieds de l'homme en noir, le regard noir et plein de haine. On le frappa au visage, et le goût du sang, acre et poisseux, lui emplit la gorge aussitôt. « - Ifas maisi yeri ! » Siffla-t-il en crachant le sang qui s'amassait dans sa bouche. Un ami de son défunt père sembla comprendre ce qu'ils se racontaient entre eux et sa mâchoire se contracta. Quand on décida enfin de bouger, on mit des fers aux chevilles d'Anarchy ainsi qu'aux autres, et on les fit avancer en file indienne. Il était question d'une mise à mort dans la capitale du royaume. Ils allaient être exécutés. Horrifié à l'idée de ne plus revoir Isalis et de mourir, le jeune homme tenta par trois de s'échapper, mais reçu à chaque fois une trentaine de coup de fouets. Arrivant enfin dans la ville en question, on les jeta dans une petite cellule dont on les sortit le lendemain matin. On les fit installer sur la place publique, à coté du billot. Anarchy allait mourir le premier, et rien qu'à cette pensée, un frisson parcourut sa peau.

Un homme vêtu d'une robe noire, un livre à la main, s'avança vers lui vers s'inclina à moitié, avant de lui dire quelque chose qu'il ne comprit pas. Derrière lui, l'ami de son père lui souffla la traduction. «- Il te demande si tu préfère embrasser la religion ou la mort.» Le regard d'Anarchy s'agrandit, et derrière lui, l'homme s'offusqua. «- Tu ne vas quand même pas trahir tes ancêtres ? » Mais déjà, le jeune homme esquissa un large sourire. Tant que cela lui permettait de vivre ... «- Ai, ahna zalat thirat ! » Des sifflements se propagèrent derrière lui, et des "Traitre !" fusaient à son intention. L'homme derrière lui s'adressa à l'homme en noir en lui disant qu'Anarchy voulait rejoindre les ordres. Tandis qu'on l'emmenait vers l'église, les autres préférèrent la mort. Anarchy, lui accueillit la vie avec un large sourire, même si cela lui avait couté la trahison.  

~~~

«- Je comprends pas pourquoi le père supérieur a accepté ce sauvage dans nos rangs. C'est un scandale ! »

Comme à son habitude, Anarchy se contentait d'allumer les cierges de l'église avant le début de la messe. Ces abrutis de moines pensaient peut-être qu'il ne comprenait pas un traitre mot de ce qu'ils se racontaient, mais il n'était idiot, et avait assimilé au fil des mois le vocabulaire et la compréhension de leur langue. Alors il se contentait d'écouter, gardant sa haine à l'intérieur et revêtant un masque souriant, presque simplet malgré son air dangereux et froid.

Le soir même, il rejoindrait une des nonnes de la paroisse et passerait la nuit en sa compagnie. Elle ne remplacerait pas Isalis, bien entendu, mais qu'elles ce qu'elles pouvaient être divertissantes. Alors, finissant d'allumer les cierges et s'éclipsa en silence. A l'étage, le père supérieur l'attendait pour avoir le compte rendu de son apprenti.«- Alors ? » «- Toujours la même chose mon père, ils se contentent de se plaindre de vous. » Anarchy aimait bien cet homme. Il avait de l'humour, et le voyait autrement que comme un monstre, une bête assoiffée de sang. «- Je me sens si fatigué Anarchy ... Je pense que ma fin est proche. Nekem me rappelle à ses cotés. » Le jeune homme haussa un sourcil surpris. D'habitude, le Père supérieur ne parlait jamais de lui.

Après cette discussion, il se passa plusieurs semaines durant lesquelles Anarchy fut haussé au rang de prêtre, ayant fait preuve d'une volonté certaine à gravir les échelons. Bien entendu, le Père Supérieur n'avait vu aucun inconvénient à le promouvoir au nez et à la barbe de certains moines valeureux qui n'attendaient que ça depuis des années. Et les mois passèrent, puis les années où les jours se ressemblaient tous mais durant lesquels Anarchy obtint une certaine renommée dans la région et parmi les nonnes et les demoiselles du coin. Et puis vint le jour où le Père Supérieur sentit sa fin proche. Il se devait de désigner un successeur.

Et Anarchy était tout désigné pour cette tâche. Quelle ne fut pas la surprise parmi les rangs de l'église d'entendre le verdict du Père. Anarchy fut promu Abbé et l'Église lui appartenait à présent. Sachant parfaitement qu'il ne vivrait pas longtemps s'il ne se faisait pas respecter et s'il ne faisait pas preuve d'ingéniosité. La première chose qu'il mit en place fut une minuscule armée d'espions au sein de l'église pour être au courant des moindres faits et gestes de ceux qui pourraient éventuellement le nuire. Ensuite, il assassina ses opposants avec du poison de la manière la plus discrète possible. Entre temps, il se faisait aimer des femmes et des facilement manipulables. C'est à dire, à peu près tout le monde.

Et c'est ainsi qu'Anarchy devint le vrai Maître de l'Église malgré les réticences de certains. Et c'est ainsi qu'il rencontra Niphredil. C'était une très jolie jeune fille qu'il avait rencontré à la messe un matin et dont il s'était entiché rapidement. Cela n'avait pas été difficile de la mettre dans son lit, elle était si naïve. Ils se voyaient souvent, Anarchy et elle faisait leurs petites affaires dans le chambre de ce dernier, et se quittaient juste après. Il aimait bien parler avec elle, mais cette fille ne valait pas ... Oh, comment s'appelait-elle déjà ? Cette fiancé qu'il avait quitté quelques années plus tôt ? Peu importe, car Niphredil disparut du jour au lendemain sans demander son reste, ce qui frustra profondément le jeune homme. Mais qu'y pouvait-il ? Il en avait des dizaines d'autres, de filles. Une de plus, une de moins. Quelle importance ?  





©️ Codage by Ella'


Dernière édition par Anarchy E. Edelweiss le Ven 20 Nov - 22:45, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Onyx Shadow

avatar

Puf : Ready
Âge du perso : 21 ans
Messages : 68
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19
Avatar : Mikasa Akerman Shingeki no kyogin

Feuille de personnage
Argent: 512 pièces
Relations:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy    Dim 11 Oct - 12:56

Hey! Bienvenu Sora! Tu m'as fait une faute à Nekem! J'aime bine ton début de prez sinon! :)

♠ ♠ ♠

   

Merci Sora !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Shadow
Admin
avatar

Messages : 22
Date d'inscription : 14/08/2015

Feuille de personnage
Argent: Infinis
Relations:
Inventaire:

MessageSujet: Re: Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy    Ven 20 Nov - 22:50




Cher Anarchy


FÉLICITATIONS !
Tu es officiellement le bienvenu parmi nous !
Ta prez était super et on a pris beaucoup de plaisir à la lire. Mais ce n'était que ton entrée dans ce monde terrible ! Pour survivre il va sans doute falloir que tu jettes un œil à la colonne de gauche de cette missive.
Oui parce que tu ne veux pas que quelqu'un usurpe ton identité n'est ce pas ? Et j'imagine que tu aimerais bien garder ton emploi... Alors ne perds pas de temps !
Une dernière chose, je ne te conseille pas de vivre en ermite, c'est toujours plus dur de se débrouiller quand on est seul. Tu ferais donc mieux de demander quelques liens par ici par là, conseil d'ami.
Sur ce je te souhaite une bonne entrée en jeu et puisses tu survivre à notre monde !


Si tu as une question, adresse toi à...


Onyx Shadow
MPProfil

Lucie Osiyana
MPProfil

Triskel Mondwätchter
MPProfil
© Codage by Ella'
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://wirem-royaumes.forumactif.org
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy    

Revenir en haut Aller en bas
 
Moi, croyant ? Peuh, jamais. Hein, je suis prêtre ? Oublie-ça, ce n'est qu'un détail ... || Anarchy
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Nawel -c'est mieux tard que jamais hein-
» Sach J. Colfer ~ Tu ne sauras jamais qui je suis
» Je suis tombé pour elle... ♦ [ Candice & Tyler ]
» RJB ▽ Je ne dis pas que je suis Batman, je dis juste qu'on ne nous a jamais vu au même endroit.
» Noob, je suis un noooob!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wirem :: Premier pas :: Les présentations :: Humains-
Sauter vers: