Effectifs
Rakem : Ouvert
Neshem : Prioritaire
Erain : Prioritaire
Washen : Prioritaire
Bâtisse : Fermé

Météo
Saison : Printemps
Rakem : Beau temps, quelques averses
Neshem : Températures douces, ciel bleu
Erain : Chaleur intense, orages
Whasen : Ciel couvert, léger vent
Bâtisse : Soleil, fonte des neiges

Top-Sites
- -
- -

Vote toutes les deux heures et tu auras des cookies !
"La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou


Nous vivons dans un monde de 4 royaumes. Cependant, une vieille loi le regit... que deviennent les quatrièmes enfants de chaque famille ?
 
AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 "La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: "La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou   Lun 26 Oct - 18:46

Je me préparais sagement dans mes appartements, tandis que l'heure du grand bal approchait à grandes enjambées. Ma femme de chambre s'affairait tout autour de moi, rendue presque hystérique par tous les rubans, les robes, les parures que recelaient mes armoires. Elle s'émerveillait devant chaque chose telle une enfant devant sa première poupée. Je ne lui en tenais absolument pas rigueur; elle venait d'arriver dans ce château et semblait presque aussi jeune que moi. De plus, un peu d'enthousiasme me mettait du baume au coeur dans la morosité habituelle de cette vie Noble. Elle m'habilla en s'exclamant régulièrement, des étoiles dans les yeux, en prenant toutefois garde de me parler directement avec cette même joie excessive. Je soupirais intérieurement, lasse de ne pas avoir d'amis et de ne pas même pouvoir exprimer un véritable bonheur. Non seulement car je n'étais pas réellement heureuse, mais parce que ma mère prétend qu'une femme qui montre ses moindres émotions et sentiments est une femme perdue. Comment ne pas la croire? Elle possédait bien plus d'expérience que moi! Ainsi, je pouvais la croire sur parole, combien même ces règles d'hypocrisie me dérangeaient. Je le faisais pour ma mère, qui agissait pour mon propre bien. Je laissais ma femme de chambre m'enfiler ma robe, répétant des gestes mécaniques, comme avant chaque bal. Elle avait opté pour quelque chose de très chic, qui me seyait à merveille, et, pourtant, je n'étais pas vraiment à l'aise. Je n'appréciais guère de jouer la jeune femme coquette et maniérée, mais puisqu'il le fallait pour se faire bien voir de la société, selon ma mère, alors je me devais d'étouffer mon malaise. Puis ce fut au tour de mes cheveux. Elle les coiffa en débitant des tonnes de louanges, s'émerveillant de leur finesse, puis de leur couleur, pour enfin terminer par leur douceur... Je ne répondais pas à ces compliments que j'avais tant de fois entendu. Mon regard, perdu dans le vide, révélait mon ennui croissant ainsi que mes sombres pensées. Ma chevelure blonde fut relevée en un chignon impeccable, dont nul mèche rebelle ne dépassait. Parfaite. J'avais l'air parfaite, et bien plus encore lorsque ma femme de chambre acheva son chef-d'oeuvre à l'aide de bijoux, rubans, poudre, et autres artifices. J'étais la représentation type de la beauté canonique de notre siècle, j'étais l'idéal féminin. Cela devrait me plaire, me flatter, et, pourtant, tous les compliments, les jalousies, les attirances préméditées que cela engendrait ne m'enchantaient pas. De nombreuses femmes rêveraient d'avoir mon physique; quelle ingrate je semblait être! Aussitôt, et avant que ma servante ne me pose quelque question embarrassante, je relevai la tête, la gratifiant d'un signe de la tête. La jeune femme se retira en une révérence quelque peu maladroite pour ranger le bazar qui s'était installé dans ma grande chambre.

Quant à moi, je sortis de la pièce sans autre forme d'hésitation, parcourant avec détermination le long couloir qui menait aux escaliers. Je dévalai ces derniers, ayant hâte d'en finir avec cette soirée qui s'annonçait des plus ennuyeuses. Je parvins aux immenses portes qui gardaient la salle de réceptions, et marquai un temps d'arrêt devant ces dernières. Je ne fis pas attention aux regards étonné des deux gardes censés les garder, et pris une grande inspiration, me posant quelques instants, avant de pousser avec délicatesse l'un des battants de bois. La salle bourdonnait déjà, et les nombreuses personnalités présentes se tournèrent vers moi de concert. Le brouhaha fit place à un silence respectueux, tandis que l'on m'annonçait. J'effectuai une révérence afin de saluer tous nos hôtes, apercevant ma mère discutant avec réserve un peu plus loin. Mon père, lui, était absent, comme à son habitude. Cela ne m'étonnait même plus tant c'était devenu naturel. Je descendis ensuite avec une grâce, presque féline, les escaliers qui me séparaient de la salle, en contrebas. Je balayais l'assistance d'un regard indéchiffrable, ne laissant rien paraître de mes pensées ou émotions. L'ennui. Voilà ce qui sommeillait dans mon coeur, et le mal-être également. Je n'aimais pas jouer la comédie. Pourtant, au milieu de ces gens du Monde, il le fallait bien, je me le devais. Je m'avançai, avançant bien droite, assurée et semblant pourtant si fragile. Je me fondis dans la masse de personnalités, dont je ne connaissais pas bien la moitié, me noyant dans cette foule uniforme. Je ne souhaitais pas commencer une conversation, une femme démarrait rarement une discussion lors d'une soirée telle que celle-ci. Ainsi, je me promenais docilement, évitant avec adresse de marcher sur les pieds de ces gens.

Je finis par trouver un coin plus tranquille, où j'étouffais moins. Par chance, un banc pourpre molletonné  gisait là. Je m'y assis avec la même grâce, parcourant toujours cette foule de mon regard d'un bleu pur, attendant que la soirée ne se passe, ou que l'on m'invite à parler, ou encore à danser, bien que ces idées ne m'enchantaient guère.


Dernière édition par Aïden de Clay le Mar 27 Oct - 11:13, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Onyx Shadow

avatar

Puf : Ready
Âge du perso : 21 ans
Messages : 68
Date d'inscription : 24/08/2015
Age : 19
Avatar : Mikasa Akerman Shingeki no kyogin

Feuille de personnage
Argent: 512 pièces
Relations:
Inventaire:

MessageSujet: Re: "La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou   Lun 26 Oct - 22:45

Assise en amazone sur mon cheval j'observais le château de Rakem en contre bas. Alexander était immobile près de moi était vêtu comme un jeune homme de haute naissance. Ce que nous étions pour l'instant ici. J'avais du apprendre pendant trois semaines une incroyable tartine de ma sois-disante famille et histoire pour mon personnage. Pour cette période j'étais Elis de Loracior . Ouais j'avais connus mieux comme nom d'emprunt. Je devais assassiner un noble du nom de Aten d'Arul qui devait se trouver dans le château de Rakem avec l'importante famille des Clays présente sur les lieux.

-Onyx tu es prête?
-Oui. Allons-y mon chère grand frère.

Alexander sourit et lança le signal. Derrière nous cinq autres mercenaires de l'ombre. Chacun avait une cible différente très précise. Je ne connaissais pas leur cibles ni eux la mienne. Je travaillais en binômes avec Alexander sur cette mission. Nous arrivions en début d'après-midi soit très tôt puisque le bal n'était que le soir mais nous avions prévenu car nous avions besoin de prendre nos marques. Et surtout dans mon cas de m'habiller et de me rendre présentable. Je montais rapidement dans mes appartement suivis de Alexander et de nos compagnons qui étaient eux logé chez les domestiques.

Je ôtais ma tenu d'équitation avant de fixer Alexander qui tirait avec soin ma robe en velours et soie pour le soir. Tout en tenant parfaitement nos rôles nous discutions de notre plan d'action. Je peignais avec soin mes cheveux, me maquillais, et me vêtis d'une robe noir et rouge avec une petite capuche. Elle était toute noir avec des broderies rouges en forme lierre fleuris. Alexander posa adroitement sur mes courts cheveux noirs une résille d'argent et de rubis. Je le fixais dans le miroir. C'était parfait. Alexander lui avait passé une tenu assortie à la mienne, portait à la boutonnière une rose rouge et à la hanche une épée de jeune noble. Je lui souris et posais ma main sur son bras pour sortir. Sous la douce soie de ma robe je sentais mes dagues, mes flacons de poison et mon fils pour étranglé près à servir.

Je me glissais dans la salle de bal saluant chaque personne discutant avec pas mal de monde essayant de voir notre homme. C'était une salle assez jolie même si j'en avais vu des plus somptueuses. Notamment à Neshem et Washen grâce à leur production de pierres précieuses de grandes qualités. Soudain Alexander me fit signe que notre homme n'était pas là. C'était étrange. Nos informateurs nous avait pourtant dit qu'il aurait se trouver ici! Je serrais les dents et mâchoires en gardant un sourire aimable. Un lourd silence tomba pendant quelques instants. Ce c'était-il passait? Alexander revient au moment où les conversation reprirent.

-Aïden de Clay petite soeur Elis. me souffla-t-il à l'oreille.
-Où?

Il me la désigna du menton. Une gracieuse jeune fille avec une jolie robe et un lourd chignon blond qui mettait en valeur ses yeux bleus vides d'émotions et d'envies. J’interrogeais mon grand frère et ami d'un regard et il hocha la tête. Bien une séparation s'imposait. Je m’éclipsais d'une pirouette et me dirigeais vers cette jeune fille. Elle avait eut l’intelligence de s'installer dans un coin à l'écart. Affichant un grand sourire je m'approchais d'elle. Sans doute savait-elle où était mon homme. Je fis une profonde révérence face à elle avant de m’installai sur la banquette à ses côtés

-Vous devez être Aïden de Clay! j'ai beaucoup entendu parler de vous! En très bon termes, bien évidement! Mais pardonnez moi je ne me suis pas présenté! Elis de Loracior! Je viens du haut des montagnes! Je suis venu accompagné de mon frère jumeau, Palor! Que j'ai d’ailleurs réussis à semer!

L'avantage avec Alexander c'est que nous nous ressemblions beaucoup , assez pour nous faire passer pour des jumeaux.

-Mon frère a beau être gentil entre nous il est assez collant et un peu trop rigide depuis quelque temps. Enfin je devrais dire depuis que notre père lui a confier pas mal de responsabilités! J'ignore si vous connaissez ma famille, nous ne sommes qu'une petite famille de noble, nous sommes spécialisé dans l'élevage de faucon et les plantes médicinales! Mon père m'avait envoyé ici pour quelques jours afin que je rencontre un potentiel futur, vous devez connaitre ça vous aussi, il se nome Aten d'Arul. Le connaissez-vous? Enfin je parle, je parle, et je ne vous laisse même pas le temps de respirer veillez m'excusez!

J'avais parlé d'un ton vif et joyeux tout en surveillant la salle à la recherche et d'Alexander et de mon homme. Un serveur passa et je pris une coupe de vin avant de tendre une seconde à cette délicate jeune fleur de la société. Ou autrement dit une potentielle futur victime! Un jour je devrais perdre cette habitude de considéré chaque personne comme un de mes futur cadavre. Je bus une gorgée de vin en fixant la demoiselle avec un sourire. Il y avait trop de bruit dans cette salle mais pour la mission je devais rester et ce jusqu'à la fin!

-Il fait une chaleur dans ces salles de bals vous ne trouvez pas? Demandais-je toujours avec cette voie joyeuse et vive qui n'était absolument pas la mienne.

Au loin je vis Alexander discutais, avec d'après avec que je pus constaté, la mère de la jeune blondinette près de moi. Bon point pour nous. Je reportais une nouvelle fois mon attention sur la jeune fille près de moi toujours en souriant guettant ses réponses et réactions.

♠ ♠ ♠

   

Merci Sora !

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Asling Harenwall
Esclave
Esclave
avatar

Puf : Ready
Âge du perso : 20 ans
Messages : 15
Date d'inscription : 24/01/2016
Avatar : Caska Berserk

Feuille de personnage
Argent: 0 pièces
Relations:
Inventaire:

MessageSujet: Re: "La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou   Mer 20 Avr - 13:39

Joueur supprimé. Je déplace
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: "La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou   

Revenir en haut Aller en bas
 
"La lumière éclatante baigne le lieu du grand bal, mais des zones d'ombres demeurent..." - Ft. Rouchou
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fort-St Michel lieu macabre devenu le Cité Soleil du Cap-Haitien
» Obélisque de lumière
» [Quête] Une lumière dans les ténèbres
» Le Carnaval National, aura lieu cette année aux Cayes
» Un lieu vous manque ?

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Wirem :: Corbeille :: Corbeille :: Rp's abandonnés-
Sauter vers: